Le temps est venu de créer une meilleure banque

Photo d’un bureau de poste en milieu rural

Pourquoi Postes Canada devrait rétablir les services bancaires postaux


Ça vous est déjà arrivé d’avoir eu à payer des frais supplémentaires pour utiliser un guichet automatique d’une banque autre que la vôtre? De vous être retrouvé dans une collectivité rurale, à des dizaines de kilomètres de la banque la plus proche? D’avoir eu à payer des frais de découvert excessifs parce que votre chèque de paie n’était pas arrivé à temps? D’avoir eu à payer des frais exorbitants pour envoyer de l’argent à votre famille au loin?


Vous savez quoi? Il ne devrait pas en être ainsi. La solution est probablement beaucoup plus simple que vous le croyez.


Que diriez-vous d’une banque qui se trouve toujours à proximité, aussi bien au centre-ville de Vancouver que dans les régions rurales de Terre-Neuve-et-Labrador? Que diriez‑vous d’une banque conçue pour servir l’ensemble des gens de ce pays, peu importe leur revenu? Que diriez-vous d’une banque qui investit dans la communauté plutôt que de remplir les poches de ses propriétaires? Ça vous semble impossible? Détrompez-vous. Une telle banque existe déjà en France, en Grande-Bretagne, au Brésil, en Nouvelle-Zélande et dans bien d’autres pays.


Imaginez maintenant une banque présente dans chaque bureau de poste, d’un bout à l’autre du pays, une banque qui dessert autant les collectivités éloignées que les communautés autochtones délaissées par les grandes banques. C’est ça une banque postale : des services de tous les jours, offerts par le service postal à un plus grand nombre d’endroits que toutes les autres banques combinées.


Plutôt que de fermer des bureaux de poste, de réduire les services et de mettre à pied des travailleuses et travailleurs des postes, Postes Canada doit trouver de nouvelles façons de servir la population.


Deux rapports novateurs recommandent d’ailleurs la mise sur pied d’une banque postale. Le premier a été produit par la Bibliothèque du Parlement du Canada, et l’autre découle d’une étude secrète menée par Postes Canada. Ces deux rapports ont toutefois été relégués aux oubliettes pendant le long règne de Stephen Harper. Compte tenu de l’élection d’un nouveau gouvernement et de la tenue prochaine d’un examen de Postes Canada, le temps est venu de dépoussiérer l’idée de créer une banque postale.


Vous ne vous en souvenez peut-être pas (ou vous n’étiez peut-être pas encore au monde), mais les services bancaires postaux ne sont pas une nouveauté au Canada. Pendant plus de cent ans, la population canadienne a été en mesure de se rendre au bureau de poste le plus près pour y ouvrir un compte d’épargne ou un compte‑chèques, comme il est possible de le faire maintenant à la banque.


Postes Canada a cessé d’offrir des services bancaires en 1968. À l’époque, le secteur bancaire ne ressemblait en rien à ce qu’il est devenu aujourd’hui. Même l’Association des banquiers canadiens admet que les banques n’imposaient pas de frais il y a une trentaine d’années… Comme les choses ont changé!


Les grandes banques auront beau essayer de nous faire croire qu’elles ont à cœur de nous faire épargner, il n’en demeure pas moins qu’à l’heure actuelle, le Canada compte parmi les pays où les frais bancaires sont les plus élevés. D’ailleurs, notre relevé bancaire mensuel en dit long à ce sujet, beaucoup plus que toutes les campagnes publicitaires des grandes banques.


Pendant ce temps, les banquiers se la coulent douce. L’an dernier, les grandes banques canadiennes ont réalisé des profits astronomiques de 35 milliards $. Où est allé tout cet argent? Certainement pas dans les poches de leurs clients et de leurs employés. En fait, les banques ont éliminé des milliers d’emplois et augmenté leurs frais, qui ont atteint un sommet record. Drôle de façon de dire « merci »! Une banque postale ferait les choses autrement en investissant dans nos collectivités, là où ça compte.


Le temps est venu de créer un meilleur type de banque. Le STTP veut lancer une conversation sur les services bancaires postaux. Alors que Postes Canada fait face à un avenir incertain, nous voulons que la population en demande davantage, pas moins, de la part de son service postal public.


Informez-vous au sujet des services bancaires postaux et passez à l’action en visitant le site www.banquepostale.ca


Si nous unissons nos efforts, vous n’aurez peut-être plus jamais à payer des frais de 3 $ pour retirer un billet de 20 $.